L'INTERNET: ENJEUX DE THEORIE POLITIQUE

Responsable de l'enseignement

Paul MATHIAS


L'internet n'est pas seulement un outil de travail ou de recherche pour le développement des savoirs, pour lesquels il représente sans doute une réserve documentaire considérable. En raison de son architecture, de son accessibilité, et de son essentielle mutabilité, il constitue un objet d'étude à part entière, et invite à réfléchir aux enjeux théoriques que révèlent des usages très diversifiés.

1.3 PRINCIPES

Ce séminaire d'ouverture a pour ambition de clarifier la nébuleuse idéologique gravitant autour de la question de l'internet, et de tenter de proposer les chemins d'un accès théorique aux pratiques des réseaux et aux abondants discours qui les accompagnent.

On se propose ainsi de travailler dans trois directions thématiquement distinctes

- les pratiques politiques, qu'elles soient mises en œuvre en France (sites gouvernementaux et institutionnels) ou bien théorisées aux États-Unis (où des enseignements spécifiques existent déjà, aussi bien dans le seins des universités qu'en réseau), et qui semblent préfigurer des espaces originaux de coexistence humaine, en même temps que des dispositifs régulateurs atypiques ;

- les pratiques économiques, dont la lecture et l'interprétation sont appelées à intégrer une dynamique des échanges résultant de l'effet conjugué de la pulvérisation des actes économiques traditionnels (achats de biens, de services, opérations de bourse, etc.), et de la circulation virtuellement incontrôlable des richesses — ce qui implique une réflexion à la fois sur la monnaie et sur la fiscalité ;

- les pratiques sociales et culturelles, puisque l'internet semble appelé à constituer le lieu privilégié d'un multiculturalisme plus ou moins assumé, mais à condition que l'on soit capable de clarifier des idéaux comme ceux de « liberté d'expression » ou de « tolérance », ainsi que de qualifier les objets qui prennent forme sur les réseaux (les « créations » hypertextuelles ou multimédiatiques).

2.3 MÉTHODE DE TRAVAIL


La réflexion qu'on entend conduire sur l'internet se fera essentiellement à partir d'une pratique de l'internet. Cet enseignement d'ouverture est donc appelé à s'organiser autour de l'outil informatique disponible à l'I.E.P. de Paris. On entend ainsi montrer qu'une théorie des réseaux suppose la prise en charge théorique d'une pratique des réseaux.

Cet enseignement présente donc deux sortes de préréquisits :

- une maîtrise technique à peu près satisfaisante de l'outil informatique, et notamment une certaine expérience des réseaux, ainsi que de l'élaboration de pages « html » ; dans la mesure où les travaux de chacun sont destinés à une « publication » sur la « toile », il est souhaitable que cette expérience ne soit pas trop rudimentaire.

- la volonté d'adapter les contenus acquis de connaissance, dans les disciplines que l'on qualifie de « techniques », à l'objet « internet » et aux pratiques qui s'y déploient — l'idéal étant à cet égard que l'on puisse mettre ses compétences individuelles, dans quelque domaine que ce soit (même linguistique par exemple), au service d'une clarification satisfaisante des enjeux théoriques révélés par les réseaux.

L'objectif de cet enseignement est donc de proposer et de susciter un travail de lecture et d'interprétation des pratiques « internettiques » à partir d'une documentation essentiellement issue des réseaux eux-mêmes.

3.3 BIBLIOGRAPHIE SOMMAIRE


Mark DERY : Vitesse virtuelle : la cyberculture aujourd'hui, Abbeville Presses
Christian HUITEMA : Et Dieu créa l'internet, Eyrolles
Olivier ITEANU : Internet et le droit, Eyrolles
Pierre LEVY : L'intelligence collective, La découverte
Paul MATHIAS : La cité internet, Presses de Sciences-Po
Nicholas NEGROPONTE : L'homme numérique, Pocket-Best

Numéro spécial du Monde Diplomatique intitulé « L'extase et l'effroi ».

Consulter autant que possible l'édition électronique du New York Times, et notamment son supplément « Cybertimes ».