UTOPIE ET INTERNET
par

Jean-Michel Huet


I - Les constructions utopiques   
   

    1 - L'Utopie comme espace   

        L'utopie est un lieu qui n'est dans aucun lieu,  « présence absente, réalité irréelle, ailleurs nostalgique, altérité sans identification». L'Utopie est un espace hors de l'espace ( L'Utopie de More,  La cité du soleil de Campanella, Nouvelle Atlantide de Bacon).   

        C'est le cas du réseau : en soi l'Internet est un espace non spatial : aucune localité ne peut lui être affectée. On est connecté dans son bureau ou au cybercafé mais on n'est pas dans/sur l'Internet.   

                L'utopie est caractérisée par un dépérissement de l'Etat. L'Utopie est une forme de pensée politique et sociale qui associe la réflexion à l'imaginaire, la plaisir à la raison. L'Utopie est porteuse de désir mais elle fonde toujours rationnellement la légitimité de ces espérances et réfléchit sur un mode d'organisation cohérente où ces désirs peuvent se concrétiser. L'Utopie doit être un rêve non contradictoire : un système socio-politique peut s'en déduire   

               Pour More, l'Utopie est une société communautaire dans laquelle les droits et les devoirs des individus doivent être également partagés. La ville se transforme tout entière en livre car sur toutes les enceintes est inscrite la somme de toutes les connaissances acquises par ses habitants au cour des siècles.   
   

    2 - L'Internet un "lieu" de l'Utopie ?   

        Sur Internet se sont développées des «cités» où l'on peut venir «vivre» dans le cadre d'une réglementation souvent autorégulée.   

        Ces cités sont très généralistes (geocities par exemple) mais elles s'inscrivent aussi pour certaines dans un objectif cyberlibertarien avec une approche utopiste.   

        Une forme originale est la tentative de reconstitution d'une agora sur un site web : la cyberdémocratie comme utopie   
   

    3 - Les projets utopiques   

        Les cyberlibertariens ont favorisé le développement de projets dont l'objectif politique et social s'inscrit dans une vision utopique. En dehors des newsgroups alternatifs,  des MOO ou autres formes, d'autres projets plus vastes ont été élaborés.   

        Ces prohets visent au développement de l'idéologie utopiste. On peut citer les exemples de La Nouvelle Cohorte ou de Bad Subject qui se veut une communauté de réflexion sur les projets utopistes issus de la cyberculture et de la cyberpolitique   
   

II - Quelles limites à l'Utopie sur l'Internet ?   
   

    1 - Le web-marché contre l'Utopie   

        Le développement du commerce sur l'Internet est considérable. Le C.A. réalisé sur le net en 2003 sera équivalent au double du PNB Français selon Forrester.   

        Le libéralisme économique ne reprend pas les approches utopiques du cyberlibertarisme : les netizens deviennent des cyberconsommateurs,  les communautés sont moins importantes que les partenariats économiques.   
   

    2 - Le libéralisme n'est pas l'opposé du libertarisme   

        Cependant, l'opposition libéralisme/libertarisme n'est pas si tranchée.   

        Tout d'abord, le marché n'a pas pris tout l'Internet. Dans les newsgroups français un seul (fr.biz) autorise la publicité marchande.   

        De manière plus générale, libéralisme et libertarisme s'opposent ensemble à l'Etatisme. Les deux  ont a perdre à une trop forte intervention discrétionnaire des administrations (cas des groupes de discussion alternatifs en France, du CDA aux États-Unis).   

        On peut alors parler d' «écotopie» : synergie entre le libéralisme au sens social (États-Unis) et celui au sens économique (Europe) : Electronic Agora et Electronic Market Place.   

        Les librairies sur Internet sont aussi un moyen d'accès extraordinaire au savoir. le cas d'Amazon.com est exemplaire :   
            - c'est un fond énorme (officiellement 2,5 milliards de livres et CD)   
            - c'est une entreprise commerciale à grand succès (mais toujours largement déficitaire, ce qui n'empêche sa capitalisation boursière d'être excellente)   
            - c'est un lieu ou les auteurs et les lecteurs peuvent laisser leur appréciation, analyse et commentaires   
   

        Les normes marchandes classiques sont bousculées : l'Internet invite à être original, à innover, à être créatif. Le site asces.com illustre cette nouvelle approche commerciale.   

    3 - Mais d'autres freins sont importants   

                Trois freins principaux peuvent être cités :   

    le frein matériel (accès au réseau, coûts) : s'équiper en Internet coûte cher  
    le frein cognitif (gérer et ingérer l'information) : il faut disposer des compétences cognitives pour gérer l'information qui circule sur le web, ainsi que les possibilités d'échanges (forums, babillards, etc.)  
    le frein de la liberté en elle même : l'hyper-libéralisme comme danger...

III - Les trois âges de l'Utopie   

                        L'Utopie sur l'Internet est souvent l'objet d'étude en lien avec la SF. Les américains insistent en particulier sur le balancement entre «Utopie» et «Dystopie» que procurent les «cybertechnologies». On peut distinguer trois âges.   
   

    1 - L'Âge d'Or   

          a) L'âge vernien : la technologie est la source et la voie vers un monde meilleur où des projets utopiques pourraient se réaliser : la (cyber-) technologie est le coeur d'une reconstruction du monde :   

    L' architecture : on peut concevoir une ville virtuelle  intégrant des lieux culturels, des places politiques, des galeries marchandes.  
    Les modes de vie : bouleversement dans la vie urbaine avec possibilité de créer des espaces de communication (CMC), des lieux d'échanges (MUD), avec construction d'objet (MOO) et un environnement évoluant en temps réel (MUSE).  
    La «gouvernance» : le vote, la vie citoyenne, des outils pour gérer la connaissance, la formation.

          b) Un cas particulier,  l'extropie (contraire d'entropie) : recherche de la vie (de l'immortalité) au-delà de la vie charnelle (la post-humanité)...   
   

    2 - L'Âge  Critique   

    La Dystopie :  La technologie déçoit,  elle ne conduit pas à ce à quoi l'on s'attendait : les dérives sont nombreuses et les espoirs et constructions utopiques des pères fondateurs sont vites oubliées.  
    La rétro-utopie : crise de l'utopie du fait de la convergence vers l'antiétatisme des electronic agora et de l'electronic marketplace : critique du caractère hybride de «l'idéologie californienne»

    3 - L'Âge d'Homme   

                        Le sujet humain opère un retour sur lui-même dans un réflexion sur la finalité  dernière des réalisations. L'Internet est un lieu d'échange «global» pour une action «locale». S'il est fait référence à une citoyenneté c'est celle de la vie hors de l'Internet.