Équipe Réseaux, Savoirs & Territoires

ENS

logo AI

Actus | Articles et textes de référence | Cours et séminaires | L'équipe | Outils | Art et expériences | Miroirs | Archives | Débats

Colloque Formes, systèmes et milieux techniques
Université Jean Moulin - Lyon-III, Enssib et CIPh

Du lundi 24 au mercredi 26 octobre 2011

À l'Université Jean Moulin - Lyon-III (Lyon)
Coordinateur : Daniel Parrochia

Présentation


La réflexion sur l'histoire et la philosophie des techniques en France est ancienne : elle prend probablement sa source dans la tradition cartésienne (la théorie des animaux-machines) et s'est développée, après l'intérêt porté à l'artisanat par les encyclopédistes du siècle des Lumières (notamment Diderot et d'Alembert), tout au long du XIXe siècle (Comte, Carnot, Taine, Le Chatelier...), en liaison évidente avec l'avènement des machines et de la grande industrie. Au XXe siècle, avec la complexité grandissante des problèmes posés par la technique, cette réflexion s'est beaucoup diversifiée, au point de faire apparaître différents courants de pensée, probablement plus complémentaires qu'antagonistes : par exemple, celui des ingénieurs et techniciens (Laffite, Couffignal, Daumas, Jacomy...), la perpective plus anthropologique (Leroi-Gourhan, Levi-Strauss, Salomon, Breton...), mais aussi la tradition issue de l'épistémologie bachelardienne (Canguilhem, Dagognet, Beaune, Séris...) ou encore des points de vue plus proches de l'éthique ou même de la métaphysique (Janicaud, Stiegler, Lévy...).

Les rapports de la science à la technique (Canguilhem), la compréhension du phénomène technique comme système (Gille), l'étude des automates (Beaune) ou des réseaux (Chazal), s'inscrivent aujourd'hui, qu'on le veuille ou non, au sein d'une société qui, à la lumière des effets - positifs ou négatifs - engendrés par la technique ou, en tout cas, certains de ces usages, ne cesse de réfléchir, et parfois de mettre profondément en cause, les décisions et les choix qui ont engagé l'Occident dans la voie du développement technologique.

En une époque où, à tort ou à raison, le souci écologique devient omniprésent, alors que différentes menaces semblent, aux dires de beaucoup, peser sur l'avenir terrestre de l'humanité (raréfaction des ressources énergétiques, modification du climat, risque nucléaire...), il nous paraît intéressant de revenir sur les aspects philosophiques et scientifiques passés et actuels de la technologie, ainsi que sur les concepts et méthodes (formes, systèmes, milieux...) qui nous permettent aujourd'hui encore de décrire, théoriser et réfléchir sur cette composante fondamentale des sociétés modernes, dont la présence, désormais tellement immédiate et quasi « naturelle », fait souvent oublier à nos contemporains la lente et difficile conquête qu'elle présuppose, et les révolutions qui, sans doute, grâce à elle aussi, se préparent. Car sachant que peu de choses de notre environnement quotidien actuel existeraient sans le transistor (ni radio, ni télévision, ni micro-ordinateur, ni super-tanker, ni avion moderne à stabilité artificielle...), nous pouvons raisonnablement augurer que les avancées de la physique et de la technologie de pointe d'aujourd'hui (physique de l'information, nanotechnologies...) bouleverseront semblablement notre environnement de demain. C'est une raison supplémentaire pour ne pas différer davantage cette réflexion devenue très nécessaire sur la pensée technique.

Programme

Lundi 24 octobre 2011

Heure Intervenant(s) Titre
14h   Début du colloque
14H15 François Dagognet
(Paris 1)
(sous réserve)
14H45 Jean-Claude Beaune
(Université Jean Moulin - Lyon 3)
La mémoire du Bricoleur
15H45   Pause
16H Pierre Lamard, Yves-Claude Lequin, Guy Deniélou
(UTBM)
Une certaine idée de la technologie
16H30 Daniel Parrochia
(IRPHIL - Université Jean Moulin - Lyon 3)
Technique et contrôle social: de la métaphore au modèle
17H   Discussion

Mardi 25 octobre 2011

Heure Intervenant(s) Titre
9H Vincent Bontemps
(CEA)
L'évolution des lignées techniques et l'enjeu du progrès
9H30 Franck Varenne
(Université de Rennes)
La reconstruction phénoménologique par simulation: vers une épaisseur du simulat
10H   Pause
10H15 Éric Guichard
(Enssib-Lyon)
L'internet et l'informatique comme révélateurs de la technicité de la pensée
10H45 Frédéric Ricquebourg
(École des Mines d'Alès)
L'ordinateur: sur quelques figures et transfigurations remarquables de la machine univers
11H15   Discussion
12H   Repas
14H Paul Mathias
(Inspection générale)
Éloge de la dysfonctionnalité
14H30 Alain-Marc Rieu
(Université Jean Moulin - Lyon 3)
La Bio-Info-Nano convergence: quelle épistémologie pourrait en rendre compte?
15H   Pause
15H15 Franck Perret-Gentil
(Lycée international, Lyon)
L'atelier du regard et la fabrique de la nature
15H45 Valentina Tirloni
(IRPHIL-Université Jean Moulin - Lyon 3)
Technique, pouvoir et responsabilité
16H15 Robert Damien
(Université Paris-Ouest-Nanterre)
Révolution technique et autorité symbolique: un rapport politique?
16H45   Discussion

Mercredi 26 octobre 2011

Heure Intervenant(s) Titre
9H Jean-Christophe Thalabart
(Université Paris 5)
Savoir technique, savoir médical: union féconde
9H30 Odile N'Guyen
(Université Jean Moulin - Lyon 3)
Les techniques de Claude Bernard et de ses prédécesseurs
10H   Pause
10H15 Pascale Maire
(Pharmacien hospitalier Lyon)
Le médicament, un objet chargé... de techniques
10H45 Gérard Chazal
(Université de Bourgogne)
La représentation mécanique du corps, de Guillaume Duchenne (de Boulogne) à l'art contemporain
11H15 Martine Robert
(Université de Provence)
Le vivant comme condition de l'acte vidéoludique


Page créée le 2 juin 2011, modifiée le 3 octobre 2011