Équipe Réseaux, Savoirs & Territoires

ENS

logo AI

Actus | Articles et textes de référence | Cours et séminaires | L'équipe | Outils | Art, débats et expériences | Miroirs | Archives | Retour au serveur

Descriptif du séminaire
Histoire intellectuelle et sociale de la cartographie

Henri Desbois (Paris-X), Éric Guichard (Enssib) et Isabelle Lefort (Lyon-2)
Enssib, Lyon-Villeurbanne

27 septembre 2017 - 20 décembre 2017

Sommaire

1  Présentation
    1.1  Projet général
    1.2  Public
2  Détails pratiques
    2.1  Dates et lieux
    2.2  Responsable(s)
3  Informations pédagogiques et administratives
    3.1  Programme détaillé
    3.2  Premières informations administratives
    3.3  Évaluation

1  Présentation

Ce séminaire de recherche rend compte des travaux les plus récents du domaine. Ses responsables prolongent des chantiers qu'ils ont entamés à l'Ens-Ulm et à l'Ehess entre 1992 et 2002.

Il s'appuie beaucoup depuis 2015 sur l'ouvrage d'Henri Desbois, publié aux Presses de l'Enssib:
Les mesures du territoire Aspects techniques, politiques et culturels des mutations de la carte topographique

1.1  Projet général

Le propos de ce séminaire est d'explorer, dans le temps long, la place de la carte dans notre culture. On s'attache plus spécifiquement à la cartographie fondée sur la mesure et le calcul, dont on suit les transformations de l'Antiquité à la géographie numérique actuelle. L'histoire de la cartographie est envisagée à la fois du point de vue de l'évolution des techniques, et sous l'angle des mutations des conceptions de l?espace géographique qui les accompagnent. C'est pourquoi on étudie d'une part les cartes elles-mêmes, et d'autre part les discours sur les cartes, leurs représentations dans la peinture, la littérature, etc.

1.2  Public

Le séminaire est ouvert à tous: étudiants de master des établissements lyonnais et de toutes disciplines; normaliens, thésards, chercheurs juniors et seniors; et enfin toutes personnes motivées par ce sujet.

2  Détails pratiques

2.1  Dates et lieux

Les mercredis suivants, de 14h à 16h30, à l'Enssib: Dates: 27 / 09; 11 / 10; 25 / 10; 8 /11; 15 / 11; 22 / 11; 6 / 12; 20 / 12. 27 septembre 2017, 11 octobre, 25 octobre, 8, 15 et 22 novembre, 6 et 20 décembre.

2.2  Responsable(s)

Eric.Guichard arobase enssib.fr, Henri.Desbois arobase ens.fr.

Bibliographie

Elle sera détaillée au fil du séminaire.
Les textes et ouvrages suivants peuvent aider à une première familiarisation du sujet.

Cosgrove Denis E., Geography and Vision, Seeing, Imagining, and Representing the World, Londres ; New York, I. B. Tauris, 2008.

Desbois Henri, Les mesures du territoire, aspects techniques, politiques et culturels des mutations de la carte topographique, Villeurbanne, Presses de l'ENSSIB, 2015.

Dodge Martin, Kitchin Rob, Perkins Chris, The Map Reader, Chichester; Hoboken, Wiley-Blackwell, 2011.

Gould Peter et Bailly Antoine (éditeurs), Le pouvoir des cartes - Brian Harley et la cartographie, Paris, Economica, 1995.

Woodward David (dir.), The History of Cartography, vol. 3, Cartography in the European Renaissance, Chicago, The University of Chicago Press, 2007.

3  Informations pédagogiques et administratives

Les lignes qui suivent détaillent toutes les informations dont peuvent avoir besoin les participants (étudiants ou non, désireux d'être évalués ou non), les responsables pédagogiques ou administratifs (parfois lourdement contraints par des directives ou des logiciels), et relatives à l'unité d'enseignement (UE), le séminaire ou l'atelier précité.

3.1  Programme détaillé (susceptible de modifications)

  1. Les énigmes de la cartographie antique
  2. Nous n'avons conservé aucune carte de l'Antiquité, et les mentions de cartes dans les textes antiques sont extrêmement rares. Pourtant, la Géographie de Ptolémée (2e siècle) expose en détail la façon de produire des cartes. Comment expliquer ce paradoxe, et qu'est-ce que cela nous apprend des rapports que nous entretenons aujourd'hui avec la cartographie?

  3. Du Moyen-âge à la Renaissance, la réinvention de la cartographie mathématique
  4. La cartographie médiévale, pour l'essentiel, n'est pas dans la tradition mathématique de Ptolémée. Entre la fin du Moyen-âge et la Renaissance, la redécouverte du texte de la Géographie par les savants européens, les nouveaux procédés de reproduction et de diffusion des images, et l'extension du monde connu suscitent un intérêt nouveau pour la géographie et installent la carte, pour la première fois, comme un élément essentiel de notre univers mental.

  5. La carte des Cassini et la naissance de la géographie moderne
  6. Les travaux de géographie menés en France par les savants de l'Académie entre la fin du 17e siècle et la Révolution sont un moment décisif de l'histoire de la cartographie. Non seulement ils fixent durablement les principes techniques de la production des cartes, mais ils marquent aussi une étape importante dans les rapports entre Etat et cartographie, et, plus largement, participent à l'évolution de la conception de la science en général.

  7. Cartographies militaires et cartographies coloniales (1800-1945)
  8. A partir du début du 19e siècle, la cartographie, dans plusieurs pays, se militarise. En Angleterre ou en France, la production de cartes est désormais l'affaire de services spécialisés de l'armée, tant dans les territoires nationaux que dans les colonies. Cela modifie la nature des cartes, dont la conception obéit de plus en plus aux objectifs militaires, ainsi que la façon dont elles sont perçues.

  9. La guerre froide et la révolution secrète de la géographie
  10. Depuis la carte des Cassini jusqu'à la seconde guerre mondiale, les techniques de base de la cartographie évoluent assez peu. La guerre froide change considérablement la donne. Autour du système du missile balistique nucléaire, toute une nouvelle géographie s'invente, dans les laboratoires secrets de l'armée américaine. Cette géographie du satellite et de l'ordinateur contient en germe la géographie numérique actuelle.

  11. Le nouveau monde géonumérique
  12. La carte, dans la majorité des usages, est aujourd'hui presque toujours sur écran. Ce changement de support est aussi un changement de nature qui bouscule les Etats, habitués à être les producteurs légitimes de l'information géographique, et qui affecte la conception de l'espace géographique des utilisateurs.

  13. La carte et ses imaginaires en Occident, du 17e au 19e siècle
  14. Depuis la circulation des premiers atlas imprimés, la carte est un puissant support de l'imaginaire. Tour à tour espace à explorer, énigme à déchiffrer, littérale ou allégorique, la carte, au-delà d'un moyen d'enregistrer et de diffuser la connaissance géographique, est aussi une machine à rêver.

  15. Les nouveaux imaginaires géographiques à l'ère du GPS
  16. Comment les techniques géonumériques ont-elles affecté nos imaginaires géographiques? Des éléments de réponse à partir, entre autres, de l'oeuvre de William Gibson.

3.2  Premières informations administratives

Les entrées demandées par toutes les administrations sont ici exhaustivement reproduites, même quand elles ne nécessitent pas de réponse (ex.: coefficient de l'épreuve orale quand n'est demandé qu'un travail écrit).

  • Code de l'UE ou du séminaire: CEI-ML01

  • Semestre: premier semestre

  • Intitulé exact de l'UE ou du séminaire: cf. titre.

  • Description synthétique: cf. point 1.1.

  • Objectifs de l'UE, du cours ou du séminaire:
    • donner une vision d'ensemble et actualisée de l'histoire de la cartographie, aspects scientifiques, techniques et politiques inclus, des toutes premières cartes à celles de l'internet.

    • Dynamiser et fédérer les recherches contemporaines en cartographie, en géographie, et dans tous les univers savants curieux de ces méthodes et disciplines (physique, histoire des sciences, sciences sociales, philosophie, etc.).

    • Penser l'écriture du monde.

  • Contenus de l'UE ou du séminaire: cf. 1.1.

  • Modalités de travail: séminaire.

  • Pré-requis: culture minimale en histoire, en cartographie, ou en sciences sociales. Agilité intellectuelle et ouverture d'esprit.

  • Forme de l'enseignement (CM, formation mixte, formation action tutorée, etc.):

  • Langue d'enseignement: français, sauf exception.

  • Nombre de crédits: 6 pour l'Enssib (ce nombre peut varier suivant les universités, puisque le séminaire est ouvert à tous les étudiants européens titulaires d'une licence et motivés).

  • Membre(s) de l'équipe pédagogique: responsable(s) de l'UE ou du séminaire. En cas de rattachement à un master, et seulement dans le contexte d'une évaluation, l'équipe pédagogique est celle du master en question.

  • Modalités d'enseignement: séminaire et débats.

  • Compétences acquises: intelligence, curiosité, érudition.

3.3  Évaluation

Cette partie ne concerne pas les personnes qui n'ont ni le désir ni le besoin de «valider» leur participation à l'activité précitée.

  • Nombre d'épreuves: 1

  • Nature des épreuves: travail de recherche conduisant à la rédaction d'un mémoire ou d'un rapport en accord avec les responsables.

  • Durée:

  • Coefficients et répartition entre contrôle continu et contrôle terminal: 0/1 (pas de contrôle continu).

  • Place respective des examens écrits et oraux: aucun examen oral

  • Travail individuel ou collectif: individuel, sans soutenance

  • Si contrôle sur table, préciser:
    • durée

    • accès aux documents:

  • Si accès aux documents, préciser
    • cours et ouvrages:

    • ordinateur portable:

    • accès internet:

  • Si soutenance, préciser:

    • soutenance collective ou individuelle:

    • durée:

Page créée le 29 septembre 2011, modifiée le 15 septembre 2017