présentation le programme précisions
l'atelier l'ouvrage final retour au serveur

L'auteur dans le mouvement de fluidification réception-production



Jean-Louis 
Weissberg

Maître de Conférences en Sciences de l'information et de la communication
à l'IUT de Villetaneuse
Université Paris XIII

weissberjl@aol.com

On partira du constat suivant: l'auteur individuel est le produit de l'imprimerie qui a construit un lien irréductible entre la personne et sa production. Qu'advient-il de cette figure à l'heure du basculement vers l'édition et la distribution numérique sur Internet? D'où l'idée couramment exprimée selon laquelle le numérique creuserait le déficit aussi bien de la culture de l'imprimé que de celle de l'auteur individuel, autre nom possible pour désigner cette culture. On discutera l'apparente évidence de cette déduction. Cette question de l'auteur engage en fait à un réexamen de la distribution des positions entre réception et production, réexamen dont les dimensions politiques sont primordiales.

On voudrait ici établir que ces postures ---disjointes, dans une large mesure par la culture de l'imprimé--- sont soumises à un brutal mouvement de fluidification dans le contexte des réseaux. Le développement d'Internet secrète des positions intermédiaires originales entre réception et production, qui constituent une véritable mutation des savoirs symboliques; mutations que nos sociétés se doivent de prendre à bras-le-corps, car il y va des conditions d'expression de la citoyenneté dans la «République de l'hypermédia» (comme on a pu parler de la «République des Lettres»). Il s'ensuivra quelques propositions pour aborder le problème du statut de l'auteur dans l'univers du «virtuel», autour de la notion d'auteur en collectif (plutôt que d'auteur collectif).

Radicalisant ce qu'annonçait déjà l'écriture et l'imprimerie ---l'utopie de la «République des Lettres», où chacun est aussi bien écrivain que lecteur--- les réseaux numériques nous plongent dans un milieu beaucoup plus favorable pour expérimenter des agencements inédits entre ces deux postures. Pour aller à l'essentiel, je suggère de reconnaître et de consolider le statut intermédiaire entre ces positions: ni lecture ---qui laisse inchangé le texte lu--- ni écriture, dont l'idéal consiste à demeurer inaltérée; notions qui n'ont de sens historique que relativement à des supports stables. Dans cette perspective, je discuterai la thèse, à mon sens simpliste, qui voudrait qu'on passe, dans le contexte de la cyberculture, d'un auteur sans collectif (version romantique où l'auteur exprime une intériorité close) à un collectif sans auteur (anonymat par indifférence à l'individuation). D'où l'hypothèse suivante: nous assistons à un renforcement simultané des deux pôles individuel et collectif ainsi qu'à l'apparition de formes auctoriales inédites, ce que vise la notion d'«auteur en collectif».
Ce document a été traduit de LATEX par HEVEA.

présentation le programme précisions
l'atelier l'ouvrage final retour au serveur