présentation le programme précisions
l'atelier l'ouvrage final retour au serveur

Courrier électronique et environnement privé



Klaus 
Schönberger

FATK & Ludwig-Uhland-Institut für empirische Kulturwissenschaft
Université de Tübingen

schoenberger@uni-tuebingen.de

Les médias traditionnels abondent de compte-rendus percutants sur les effets réels ou supposés des nouvelles technologies d'information et de communication. Selon qu'on se place d'un point de vue culturel ou technique, on constate avec pessimisme la difficulté grandissante à établir de nouvelles relations sociales saines ou on s'enflamme pour la naissance de nouvelles sociétés virtuelles. La mode actuelle et durable en matière de médias porte précisément sur ce dernier point. Paradoxalement, le rôle et l'usage des communications électroniques dans les relations sociales privées déjà existantes (par exemple dans le couple, en famille, entre proches, amis ou connaissances), restent méconnus.

Dans le cadre d'un projet financé par la DFG (l'équivalent du CNRS allemand), nous avons interrogé des hommes et des femmes, utilisant Internet chez eux de façon privée, issus de différents milieux professionnels. De plus, nous nous sommes intéressés aussi aux non-utilisateurs qui font partie du réseau social de chaque personne interrogée. L'enquête repose sur 30 entretiens et a été effectuée selon des méthodes qualitatives et ethnographiques.

Les pratiques que nous avons observées sont-elles conformes aux discours sur Internet?

Les défenseurs d'Internet répètent souvent que, grâce aux possibilités techniques de ce mode de communication, les critères de ségrégation tels que classe sociale, sexe ou ethnie perdent de leur importance. Dans notre enquête, à part quelques exceptions, les personnes étudiées n'ont pas fait de nouvelles connaissances. Leurs interlocuteurs en ligne ont le même profil social que ceux de la vie réelle. Le potentiel technique n'induit donc pas nécessairement un changement des pratiques quotidiennes, ni un élargissement automatique de la sphère sociale privée. Les modes d'utilisation d'Internet à des fins privées, tout comme l'élargissement ou le rétrécissement du réseau relationnel dépendent surtout des facteurs sociaux, mais aussi de l'(auto)-positionnement des utilisateurs dans les réseaux sociaux existants. Quant aux personnes pour qui le Web a constitué une raison supplémentaire de s'équiper, la fréquence de leur usage d'Internet est étroitement corrélée au pourcentage de leurs amis et parents disposant d'une adresse électronique.

De façon générale, les différents usages d'Internet à ce stade de sa diffusion n'ont apparemment pas de lien direct avec le profil social de l'utilisateur, mais dépendent de ses pratiques sociales.


Ce document a été traduit de LATEX par HEVEA.

présentation le programme précisions
l'atelier l'ouvrage final retour au serveur