présentation le programme précisions
l'atelier l'ouvrage final retour au serveur

Analyse d'un poncif



Paul 
Mathias

Professeur agrégé de philosophie
au Lycée Henri IV
Maître de conférences à l'I.E.P. de Paris

pmat arobase-anti__spam ens.fr

Avec l'essor et la popularisation de l'Internet se sont mis en place des schèmes d'analyse à la fois descriptifs et axiologiques dont l'illusoire évidence paraît s'être imposée au détriment de leur exactitude ou de leur pertinence.

Car l'expérience effective des réseaux est très différente de l'image qu'en ont très tôt donnée des discours alarmistes ou bien même littéralement réactionnaires. L'apparence de confusion qui semble y régner et et le désarroi que provoque une impression de «surinformation» ne signifient pas nécessairement que nos valeurs culturelles sont vouées à disparaître ou que nous soyons condamnés à une aculturation et à l'uniformisation de nos systèmes intellectuels de référence. S'il est vrai que nous pouvons éprouver comme une indisponibilité des savoirs exposés sur l'Internet, il n'est pas interdit de penser qu'elle nourrit une ouverture à l'altérité des cultures dont nous pouvons tirer le plus grand parti. À cet égard, la cacophonie n'est pas un point de rupture dans la circulation de l'information, mais le moment où l'Internet se constitue véritablement comme problème.

Il est ainsi permis de faire l'hypothèse que les réseaux sont essentiellement faits de l'éclosion des savoirs et des pratiques qu'ils véhiculent, et que s'ils paraissent caractérisés par la frivolité ou la caducité de leurs contenus, ils renvoient néanmoins à une éminente responsabilité des acteurs de l'Internet, qui en sont fondamentalement les créateurs.

En quoi l'Internet n'est qu'éclosion, dans son propre présent, sans substance ni limites, d'une pléthore de discours enserrée dans la déflagration des usages qui le suscitent.
Ce document a été traduit de LATEX par HEVEA.

présentation le programme précisions
l'atelier l'ouvrage final retour au serveur