Petites entreprises et petits entrepreneurs ╚trangers (XIXe-XXe si╦cles)

17 octobre 2003

Le séminaire “ Histoire sociale de l’immigration ” organise, à l’automne 2003 (le 17 octobre 2003), une journée d’études intitulée “ Petites entreprises et petits entrepreneurs étrangers ”.
Depuis une quinzaine d'années, l'histoire de l'immigration s'est enrichie de quantité de travaux novateurs défrichant un champ longtemps délaissé par les historiens. Face à la multiplication des recherches, il nous a paru important de mettre au jour ce qui reste encore comme un point délaissé de l'historiographie : les petites entreprises et les petits entrepreneurs étrangers. En effet, si l’histoire de l’immigration a commencé de s’écrire en relation avec une histoire du marché du travail, les historiens découvrant les immigrés au détour de monographies ouvrières, elle est ainsi longtemps restée, et tout à fait logiquement, préoccupée de décrire la place et le rôle des "travailleurs immigrés" dans le fonctionnement de l’appareil industriel. Les petits entrepreneurs étrangers sont dès lors principalement évoqués dans les histoires des “ communautés ” immigrées en France, sous les traits de personnages figurant la réussite possible de l’intégration, pris comme des vitrines sociales de ces communautés. Quant à l’histoire de la petite entreprise, longtemps étouffée sous le poids d’une histoire sociale et économique préoccupée des grandes entreprises et du monde de l’usine, elle fait depuis une dizaine d'années ses premiers pas en ignorant largement sa composante étrangère.
C'est à une confrontation entre histoire de l'immigration et histoire de la petite entreprise que la journée d'études, organisée à l'ENS, aimerait contribuer. Si la dimension historique reste au cœur de nos préoccupations, nous aimerions susciter les contributions de chercheurs et doctorants venus de différentes disciplines (économistes, sociologues, juristes, politistes, anthropologues…). L’objectif de cette journée d’études est en effet de faire dialoguer des chercheurs ayant, sur un même objet, des pratiques de recherche et des problématiques différentes. De ce fait, les comparaisons, tant spatiales que temporelles, seront privilégiées autour de 4 axes de réflexion.

Axe 1. Rôle de l’Etat et de la législation


Peut-on décrire un processus de “ nationalisation ” du monde de la petite entreprise au cours des 19ème et 20ème siècles ? Quelles sont les spécificités du statut d’indépendant dans la politique de l’immigration ? Ces questions visent notamment à réfléchir à la définition même de la “ petite entreprise étrangère ”.

Axe 2. Fonctions économiques de la petite entreprise étrangère


Quels sont les secteurs privilégiés par les petites entreprises étrangères (commerce, artisanat, industrie, secteurs porteurs ou en perte de vitesse ) ? Quelles sont leurs formes d'implantation économique (statut juridique, types de financement etc.) et géographique ? Mettent-elle en œuvre des modes de gestion spécifiques ? Des différences en termes de viabilité et de comportement démographique des entreprises peuvent-elles s’observer ?

Axe 3. Itinéraires de petits entrepreneurs étrangers


Comment l’ouverture d’une petite entreprise s’inscrit-elle dans un parcours migratoire ? Peut-on expliquer l’accès à l’indépendance à l’aune des analyses en termes de mobilité sociale ? Ce processus répond-il à des logiques spécifiques aux étrangers ? La question revient à cerner les caractéristiques de l’activité indépendante dans les itinéraires des immigrants. Mais elle pose aussi le problème de l’articulation, des passages, des antagonismes entre salariat et indépendance.

Axe 4. Réseaux


Quels sont les liens d’interconnaissance qui permettent de s’établir comme indépendant ? Quels sont les réseaux suscités par l’activité entrepreneuriale des immigrants ? S’interroger sur les clients, les employés, les fournisseurs, les concurrents, les modes de financement mais aussi les bailleurs et les propriétaires des locaux commerciaux constituent autant de pistes pour définir les réseaux autour des petits entrepreneurs étrangers.Les propositions de contributions (un titre et une page de résumé) devront être adressées aux organisateurs avant le 5 avril 2003. Elles seront examinées au cours du mois d’avril 2003. Les communications définitives devront être envoyées avant fin septembre 2003. La journée d’études fera l’objet d’une publication ultérieure, sous forme électronique ou papier.
Contacts
Anne-Sophie Bruno (anne-sophie.bruno@club-internet.fr) ; Claire Zalc (Claire.Zalc arobase-anti__spam ens.fr)
Adresse
Claire Zalc
Département de sciences sociales
ENS
48 boulevard Jourdan
75014 Paris
France

[ Retour à l'index de la rubrique ]