Représentations et territoires sur Internet


Actualités et nouveautés Le colloque de 1999 Articles
Bilans, débats, comptes rendus Dernier ouvrage Pointeurs et Bibliographie
Page de garde Vos commentaires et propositions

Représentations et territoires sur Internet




Henri Desbois
Université de Paris-IV
mai 1998


A partir de quelques réflexions simples sur la notion de territoire, il est possible de s'interroger sur les avatars du territoire sur Internet.

Nombreuses sont les identités nationales ou communautaires à posséder une dimension territoriale. Dans bien des cas, le territoire est même l'ancrage le plus fondamental de l'identité, avant même la langue. Or, le territoire, comme point d'ancrage identitaire, n'existe qu'à travers un système de représentations qui non seulement en trace les frontières, mais surtout le charge d'un poids de symbole et de sens qui lui donne sa personnalité et l'individualise par rapport aux espaces voisins. La plupart des grands vecteurs de représentations complexes (littérature, presse, peinture, cinéma, télévision, etc.), participent à des degrés divers à la construction des systèmes de représentations territoriaux.

L'histoire des représentations peut ainsi suivre la recomposition de chaque territoire, non pas tant dans l'évolution de ses frontières géographiques que dans la variation du poids symbolique des divers éléments identifiés comme représentatifs du territoire en question (on pense plutôt naturellement aux représentations d'un territoire par ses propres habitants, la représentation des territoires étrangers participant davantage à la construction de l'identité de ceux qui les produisent que de ceux qui en sont l'objet). Pour un territoire donné peuvent coexister des représentations très variées, voire contradictoires, car ce qui véritablement institue le territoire, autant que le contenu de chaque représentation prise individuellement, c'est le fait qu'un objet unique «le territoire» soit l'objet de représentations multiples.

Avec Internet apparaît un nouveau vecteur de représentations. On peut légitimement supposer que de nouvelles représentations du territoire sont liées à ce nouveau vecteur, et cela à différentes échelles. Il existe tout d'abord une mise en scène du territoire d'Internet, plus ou moins identifié à la planète entière, comme en témoignent les nombreuses icônes de globes et les planisphères qu'on rencontre sur le réseau. Internet se représente abondamment lui-même sous la forme d'un réseau planétaire, traduction géographique d'une supposée communauté des internautes (apparemment plus unie que, par exemple, la communauté des abonnés au téléphone). Il serait intéressant de comparer la géographie réelle du réseau à ces représentations. Produit d'une technique qui, dans les faits, abolit les distances, Internet met en scène une spatialité entièrement abstraite, à grand renfort de métaphores (dont la première est celle de la navigation, mais il n'est sans doute pas indifférent qu'on parle de site), en réintroduisant une certaine discontinuité dans un espace techniquement indifférencié, ou du moins dont l'hétérogénéité ne doit rien à la géographie (tous les utilisateurs du réseau savent que la «proximité électronique» mesurée par le débit des données ne coïncide que rarement avec la proximité géographique). Hors des applications de courrier électronique, qui rendent sensible l'extension géographique du réseau en mettant en contact des personnes qui se savent physiquement éloignées, une part de la fascination que peut exercer Internet vient sans doute, autant que de la quantité d'informations disponibles, du fait qu'elles sont dispersées. La conscience de cette dispersion et sa mise en scène font qu'on peut bien parler d'un territoire d'Internet. L'image fondamentale de ce territoire (ou, pour employer la notion développée par Jacques Van Waerbeke, la «métaphore du territoire» d'Internet) est bien entendu celle du réseau, c'est à dire justement la figure par excellence du territoire ordonné. Sans doute cela peut-il susciter quelques réflexions.

La seconde échelle d'analyse des représentations du territoire sur Internet concerne la représentation des territoires individuels sur le réseau. Il n'est pas étonnant que la constitution d'un réseau international s'accompagne d'une affirmation des identités locales sur ce même réseau. Cette affirmation peut se faire par de nombreux biais, tels que la langue, l'iconographie, ou l'utilisation de divers symboles. Ces représentations appellent plusieurs questions. Ces représentations reprennent-elles des représentations préexistantes, ou sont-elles nouvelles? Comment s'articulent-elles avec la réalité et l'idéologie mondialiste du réseau?


Actualités et nouveautés

Le colloque de 1999

Articles

Bilans, débats, comptes rendus

Pointeurs et Bibliographie

Page de garde

Vos commentaires et propositions