Équipe Réseaux, Savoirs & Territoires

ENS

logo AI

Actus | Articles et textes de référence | Cours et séminaires | L'équipe | Outils | Art, débats et expériences | Miroirs | Archives | Retour au serveur

Atelier Internet Lyonnais (AIL)

Résumé de la conférence du 25 mai 2016

De l'écrit aux écrans: quelques éléments pour «une théorie réflexive adéquate»

Pierre-Antoine Chardel
Professeur de philosophie sociale et d'éthique (Institut Mines-Télécom/Ehess)

Pour cette intervention, je partirai de l'idée exprimée par Niklas Luhmann selon laquelle «la crise» renvoie au «manque d'une théorie réflexive adéquate». Cette idée souligne avec vigueur le besoin que nous avons aujourd'hui de réfléchir aux conditions d'une «théorie réflexive adéquate», non pas avec la prétention de la trouver une fois pour toutes, mais avec l'ambition d'effectuer le chemin qui y mène en s'appuyant sur le constat que nous évoluons dans des sociétés des écrans qui nous laissent encore très démunis d'un point de vue herméneutique. Nos existences sont encore largement organisées en fonction de critères qui appartiennent aux registres de l'instantanéité, de l'immédiateté et du consumérisme. Nous nous laissons par ce biais assujettir au temps court des «machines informationnelles» ainsi qu'à l'économie des affects qui les entoure.

Mais ce qu'il convient d'interroger d'un point de vue critique n'est pas tant l'omniprésence des écrans dans notre quotidienneté que la servitude volontaire et l'hétéronomie que ceux-ci entraînent encore massivement. La libération des subjectivités annoncée par la métamorphose numérique nécessite en ce sens une grande prudence ainsi que l'exercice d'un jugement réflexif adéquat. Car si la liberté de parler et d'interagir demeure fondamentale dans l'élaboration de nos espaces politiques, l'exercice de la liberté dans la société des flux informationnels ne doit-il pas aussi - et surtout - coïncider avec une capacité de faire parler les flux (d'informations, d'images, de données etc.), avec l'ambition de produire une nouvelle «culture du commentaire» à l'ère numérique?

Page créée le 16 mai 2016, modifiée le 16 mai 2016